Mémento


Travaux d’hiver

Novembre/Décembre/Janvier/Février sont des mois charnières. Vous devez faire le bilan de la saison écoulée en opposant les aspects positifs et négatifs de la saison écoulée : récolte, nombreuses abeilles jeunes, couvain bien dense signe d’une reine performante, provisions en miel et pollen importantes, etc…sont des signes qui vous indiquent que vos abeilles ont toutes les chances de passer l’hiver et d’assurer un redémarrage au printemps. Je vous rappelle que les partisans d’une « apiculture moderne », c'est-à-dire intensive, doivent assurer plus de 20 kilos de nourriture par ruche Dadant.

Votre action au rucher doit se résumer à une surveillance et à améliorer vos emplacements en veillant à dégager vos ruches, à couper les branches gênantes, à installer de nouveaux emplacements et à vérifier les provisions.

A l’atelier nettoyez les ruches vides et les hausses, les peindre éventuellement, préparer de nouveaux cadres, enfin prévoir à l’avance ce dont vous aurez besoin au printemps prochain.

Chez vous, au coin du feu, n’hésitez pas à renouveler votre adhésion à la FACM, à mettre à jour si cela n’est pas encore fait, votre registre d’élevage où vous devez consigner tout ce qui concerne le sanitaire. Sur votre cahier de miellerie ou d’activités vous reporterez toutes vos interventions apicoles. Ce cahier est de forme libre et vous est personnel.

Bien sûr, vous allez établir un plan d’évolution pour l'année nouvelle en tenant compte de vos erreurs et de nouvelles connaissances que vous pourrez acquérir par tous les moyens mis à votre disposition. Une seule règle : gardez votre esprit critique ; beaucoup trop de gens convaincus de leur valeur propagent une apiculture irraisonnée qui est souvent source de déception. Soyez logique.

A partir de février, parfois fin janvier, la reine a recommencé à pondre et quelques butineuses rentrent du pollen. L’activité au milieu d’une belle journée est régulière, la ruche est lourde, éventuellement le pain de candi est grignoté par de nombreuses abeilles très calmes, placées l’une à côté de l’autre. Si vous constatez plusieurs fois cette situation, tout va bien, continuez votre surveillance jusqu’à fin mars début avril, période de la première vraie intervention. Bien sûr, l’absence répétées d’activités, aucun bruit lorsque l’on colle son oreille sur la paroi nécessite l’ouverture et si la ruche est morte, il faut la ramener à l’atelier, déterminez si possible les causes et procéder à son nettoyage et à sa désinfection.

Au printemps, nous aborderons ensemble le renouvellement des cadres, l’essaimage artificiel et pour les plus chanceux la pause des hausses mais ceci est une autre histoire.

RSS - Articles RSS - Commentaires